AFFAIRE AJMONE MARSAN ET AUTRES c. ITALIE

PREMIÈRE SECTION

AFFAIRE AJMONE MARSAN ET AUTRES c. ITALIE

(Requête no 21925/15)
ARRÊT
STRASBOURG
10 janvier 2019

Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme.

En l’affaire Ajmone Marsan et autres c. Italie,

La Cour européenne des droits de l’homme (première section), siégeant en un comité composé de :

Aleš Pejchal, président,
Tim Eicke,
Gilberto Felici, juges,
et de Renata Degener, greffière adjointede section,

Après en avoir délibéré en chambre du conseil le 11 décembre 2018,

Rend l’arrêt que voici, adopté à cette date :

PROCÉDURE

1.  À l’origine de l’affaire se trouve une requête (no 21925/15) dirigée contre la République italienneparcinquante-trois ressortissants italiens (voir la liste en annexe) qui ont saisi la Cour le 22 avril 2015 en vertu de l’article 34 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (« la Convention »).

2.  Les requérants ont été représentés par Me G. De Paola, avocat exerçant à Florence.Le gouvernement italien (« le Gouvernement ») a été représenté par son ancien coagent, Mme P. Accardo, et par son coagent, Mme M.G. Civinini.

3.  Les requérants allèguent une violation de leur droit à un procès dans un délai raisonnable (article 6 § 1 de la Convention).

4.  Le 20 mai 2016, la requête a été communiquée au Gouvernement.

5.  Par une lettre du 18 octobre 2018, le Gouvernement s’est opposé à l’examen de la requête par un comité. Après avoir examiné l’objection du Gouvernement, la Cour l’a rejetée.

EN FAIT

I.  LES CIRCONSTANCES DE L’ESPÈCE

6.  Le 20 novembre 1986, les requérants saisirent le tribunal administratif régional (le TAR) pour le Latium d’un recours en annulation (RG no 7770/1986) contre l’ordonnance de la Région Latium no 2443 du 29 avril 1986 touchant leur activité professionnelle. En particulier, ils se plaignirent de la modification de leur échelon administratif et deses conséquences sur leur rétribution.Le 1er février 2011, le TAR rejeta les recours.

7.  Entre le 19 avril et le 7 septembre 2011, les requérants introduisirent des recours devant la cour d’appel de Pérouse, sur le fondement de la loi no 89 de 2011 dite « loi Pinto », pour se plaindre de la durée excessive de la procédure juridictionnelle administrative.

8.  Le 14 mai 2013, la cour d’appel joignit les recours (RG no 2048/2011) et les déclara irrecevables. Elle constata qu’au cours de la procédure juridictionnelle administrative, les requérants n’avaient pas présenté une demande de fixation en urgence de la date de l’audience (istanza di prelievo), nouvelle condition de recevabilité des recours « Pinto », introduite avec l’article 54 du décret-loi no 112 du 25 juin 2008.

9.  Le 22 octobre 2014 (arrêt no 22465/2014), le pourvoi en cassation formé par les requérants fut rejeté par la Cour de cassationsur le fondement des mêmes raisons évoquées par la cour d’appel. La Haute juridiction rejeta aussi trois questions de constitutionnalité présentées contre l’article 54 du décret susmentionné.

II.  LE DROIT ET LA PRATIQUE INTERNES PERTINENTS

10.  Le droit et la pratique internes pertinents en l’espèce se trouvent décrits dans l’arrêt Olivieri et autres c. Italie(nos 17708/12 et 3 autres, §§ 11-18 et 67, 25 février 2016).

11.  Dans son arrêt no 3740 du 15 février 2013, la Cour de cassationa jugé que pour les procédures en cours devant le juge administratif à la date du 16 septembre 2010,lorsqu’une violation du droit à un procès dans une durée raisonnable est alléguée, l’on ne saurait déposer une demande de satisfaction équitableau sens de la loi no 89 de 2011 si, dans la procédure principale, une demande de fixation en urgence de la date de l’audience n’a pas été présentée. Et ce sans distinction aucune entre les phases de la même procédure.

EN DROIT

I.  SUR LA VIOLATION ALLÉGUÉE DE L’ARTICLE 6 § 1 DE LA CONVENTION

12.  Les requérants allèguent que la durée de la procédure juridictionnelle administrative a enfreint leur droit à un procès dans un délai raisonnable, tel que prévu par l’article 6 § 1 de la Convention, ainsi libellé :

« Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue (…) dans un délai raisonnable, par un tribunal (…), qui décidera (…) des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil (…) »

13.  Le Gouvernement s’oppose à cette thèse.

A.  Sur la recevabilité

14.  Constatant que la requête n’est pas manifestement mal fondée au sens de l’article 35 § 3 a) de la Convention et qu’elle ne se heurte par ailleurs à aucun autre motif d’irrecevabilité, la Cour la déclare recevable.

B.  Sur le fond

15.  Les requérantsse plaignent de la durée excessive de la procédure devant le TAR du Latium qui a débuté le 20 novembre 1986 et a pris fin le 1erfévrier 2011.

16.  Le Gouvernement rappelle que le procès administratif est un procès des parties, dans la mesure où celles-ci, et non pas le juge, ont le pouvoir de donner l’impulsion initiale, de poursuivre la procédure et de présenter les preuves. Il invite ainsi la Cour à tenir compte du fait que les requérants n’ont donné aucune impulsion à la procédure, laquelle était par ailleurs particulièrement complexe en raison du nombre de parties.

17.  En outre, le Gouvernement estime que les requérants, parties à une procédure en cours au 25 juin 2008, date d’entrée en vigueur de l’article 54 du décret-loi no 112 du 25 juin 2008, auraient dû présenter une demande de fixation en urgence de la date de l’audience pour se plaindre de la durée de la procédure postérieur à cette dernière date.

18.  La Cour rappelle avoir jugé quela procédure pour se plaindre de la longueur excessive d’une procédure juridictionnelle administrativene peut pas être considérée comme effective au sens de l’article 13 de la Convention (Olivieri et autres, précité, § 71) et que cette conclusion s’applique aussi à la nouvelle formulation de l’article 54, alinéa 2, du décret-loi no 112 de 2008, tel que modifié par le décret-législatif no 104 du 2 juillet 2010, entrée en vigueur le 16 septembre 2010 (ibidem, §§ 66-69).La nouvelle disposition était ainsi déjà en vigueur à la date de l’introduction des recours « Pinto » par les requérants. Or, comme l’a indiqué la Cour de cassation (paragraphe11 ci-dessus), cette discipline s’applique à la durée globale de la procédure et ne permet pas de faire une distinction entre périodes antécédentes et successives à l’entrée en vigueur de la disposition litigieuse. Par conséquent, la Cour estime que la procédure interne doit être considérée dans sa globalité.

19.  Celle-ci a eu une durée d’environ vingt-cinq ans. La Cour observe que les requérants ont sollicité le TAR afin d’obtenir une décision sur leurs recours en présentant deux demandes de fixation de l’audience. Par conséquent, et contrairement à ce que soutient le Gouvernement, l’intérêt des requérants à voir leur cause traitée dans un délai raisonnable ne saurait être mis en doute.

20.  Même à vouloir supposer que la procédure litigieuse a été complexe en raison de la présence de nombreuses parties, la Cour ne peut que constater une méconnaissance de l’exigence du « délai raisonnable »,compte tenu des critères dégagés par sa jurisprudence bien établie en la matière (voir, en premier lieu, Cocchiarella c. Italie [GC], no 64886/01, §§ 117 et 121, CEDH 2006‑V).

21.  Ces éléments suffisent à la Cour pour conclure que dans la présente affaire il y a eu violation de l’article 6 § 1 de la Convention.

II.  SUR L’APPLICATION DE L’ARTICLE 41 DE LA CONVENTION

22.  Aux termes de l’article 41 de la Convention,

« Si la Cour déclare qu’il y a eu violation de la Convention ou de ses Protocoles, et si le droit interne de la Haute Partie contractante ne permet d’effacer qu’imparfaitement les conséquences de cette violation, la Cour accorde à la partie lésée, s’il y a lieu, une satisfaction équitable. »

23.  Les requérants n’ontpas présenté,dans leurs observations du 4 janvier 2017 en réponse aux observations du Gouvernement, de demandes de satisfaction équitable. Dans leur formulaire de requête,à conclusion de l’exposé des faits,chaque requérant a demandé« la somme que la Cour estimera équitable pour le dommage moral subi ».

24.  Le Gouvernement estime que les requérants n’ont pas exposé de prétentions de satisfaction équitable et que rien ne doit leur être accordé.

25.  La Cour observe qu’en effet les requérants n’ont pas soumis une demande de satisfaction équitable pour préjudice moral,ni formulé une demande pour les frais et dépens, conformément aux conditions énoncées dans son règlement et dans l’instruction pratique qui leur a été adressée.

26.  Par ailleurs,la Cour estime que la violation constatée dans la présente affaire ne justifie pas l’octroi d’une indemnité en l’absence d’une demande de satisfaction équitable (voir, a contrario,Nagmetov c. Russie [GC], no 35589/08, §§ 81 et 87, 30 mars 2017).

27.  Partant,la Cour décide de rien octroyer aux requérants au titre de l’article 41 de la Convention.

28.  La Cour note ensuite qu’aucune demande pour dommage matériel ou pour frais et dépens n’a été formulée. En conséquence, elle n’alloue aucune somme à ce titre.

PAR CES MOTIFS, LA COUR, À L’UNANIMITÉ,

1.  Déclarela requête recevable ;

2.  Dit qu’il y a eu violation de l’article 6 § 1 de la Convention.

Fait en français, puis communiqué par écrit le 10 janvier 2019, en application de l’article 77 §§ 2 et 3 du règlement de la Cour.

Renata Degener                                                                     Aleš Pejchal
Greffière adjointe                                                                       Président

 

annexe

No. Prénom NOM Date de naissance Lieu de résidence Date d’introduction du recours « Pinto » (RG no)
1.                    Susanna AJMONE MARSAN 01/08/1950 Rome 02/05/2011

(RG no 2233/11)

2.                    Paola

BORGO

17/05/1953 Rome 27/04/2011

(RG no 2157/11)

3.                    Maurizio BRUSTOLIN 06/01/1953 Rome 10/05/2011

(RG no 2463/11)

4.                    Antonio CACCIAPAGLIA 29/06/1941 Cerveteri (RM) 26/05/2011

(RG no 3011/11)

5.                    Elio

CAMILLI

26/08/1949 Rome 19/04/2011

(RG no 2019/11)

6.                    Emilia

CIOCCA

16/11/1938 Rome 27/04/2011

(RG no 2157/11)

7.                    Franca COMPAGNONI 20/03/1953 Rome 26/05/2011

(RG no 3014/11)

8.                    Paola

DE LILLO

15/02/1947 Rome 10/05/2011

(RG no 2458/11)

9.                    Vittoria

EPIFANI

01/04/1936 Rome 10/05/2011

(RG no 2458/11)

10.                Rosanna

FALATO

31/01/1953 Rome 07/06/2011

(RG no 3330/11)

11.                Fabiola

FORTUNA

26/10/1953 Rome 27/04/2011

(RG no 2157/11)

12.                Simonetta

FRANCI

12/02/1948 Rome 01/06/2011

(RG no 3248/11)

13.                Lucia

FRUTTERO

09/01/1945 Rome 01/07/2011

(RG no 3917/11)

14.                Paolo

FUGNITTO

18/06/1950 Rome 10/05/2011

(RG no 2463/11)

15.                Silvia

FURCI

28/07/1952 Rome 07/06/2011

(RG no 3330/11)

16.                Giorgianna Gladys GARDNER 09/07/1952 Rome 17/05/2011

(RG no 2842/11)

17.                Caterina

GRANDE

19/03/1953 Rome 07/09/2011

(RG no 5056/11)

18.                Carla

GRASSI

26/05/1950 Rome 19/04/2011

(RG no 2049/11)

19.                Stefania GRAZIOSI 16/07/1947 Rome 26/05/2011

(RG no 3014/11)

20.                Roberto

IOZZINO

03/11/1949 Cerveteri (RM) 02/05/2011

(RG no 2233/11)

21.                Annarita

LEUZZI

27/07/1948 Frattocchie (RM) 17/05/2011

(RG no 2842/11)

22.                Lorenzo

LIPPI

10/08/1946 Rome 01/06/2011

(RG no 3249/11)

23.                Fabio

LO TURCO

19/06/1944 Rome 19/04/2011

(RG no 2048/11)

24.                Gabriele

LO TURCO

17/10/1980 Rome 19/04/2011

(RG no 2048/11)

25.                Anna Maria

LUCCI

08/10/1952 Rome 10/05/2011

(RG no 2463/11)

26.                Felicia

MARIANI

26/04/1953 Rome 26/05/2011

(RG no 3014/11)

27.                Tiziana

MARIANI

08/10/1953 Rome 10/05/2011

(RG no 2458/11)

28.                Leonilde MARZOLINI 24/11/1952 Rome 02/05/2011

(RG no 2233/11)

29.                Matilde

MATTIA

23/04/1952 Soriano nel Cimino (VT) 01/06/2011

(RG no 3248/11)

30.                Paolo

MOLINA

24/05/1952 Rome 19/04/2011

(RG no 2049/11)

31.                Domenico MONACELLI 01/07/1951 Rome 01/06/2011

(RG no 3249/11)

32.                Lucia MONTEROSA 08/05/1953 Rome 19/04/2011

(RG no 2049/11)

33.                Marinella MORDIGLIA 03/02/1946 Rome 01/06/2011

(RG no 3249/11)

34.                Giovanna OLIVERI 27/07/1952 Rome 27/04/2011

(RG no 2157/11)

35.                Francesca PAGANELLI 11/01/1943 Rome 27/04/2011

(RG no 2157/11)

36.                Lucia

PANFILI

24/03/1952 Rome 01/06/2011

(RG no 3248/11)

37.                Giovanna PARISINI 26/06/1935 Rome 02/05/2011

(RG no 2233/11)

38.                Lucrezia PASQUALE 17/03/1952 Rome 17/05/2011

(RG no 2842/11)

39.                Fabio Vittorio PATRUNO 23/12/1952 Marino (RM) 01/06/2011

(RG no 3248/11)

40.                Vincenzo

RICCIO

26/09/1945 Rome 01/6/2011

(RG no 3249/11)

41.                Michela

ROMANO

20/01/1950 Rome 10/05/2011

(RG no 2463/11)

42.                Marina Camilla Cristina SARLI 28/05/1953 Rome 10/05/2011

(RG no 2458/11)

43.                Raffaella

SCALISI

14/08/1952 Rome 19/04/2011

(RG no 2049/11)

44.                Luisa

SCALPELLI

20/04/1945 Rome 26/05/2011

(RG no 3011/11)

45.                Fiorenzo

SERRA

09/11/1942 Rome 26/05/2011

(RG no 3011/11)

46.                Ada

SORDINI

02/01/1936 Santamarinella (RM) 26/05/2011

(RG no 3011/11)

47.                Fabio

SORDINI

05/04/1955 Rome 17/05/2011

(RG no 2842/11)

48.                Maria Cristina STENTA 27/06/1946 Rome 02/05/2011

(RG no 2233/11)

49.                Luciana STENTELLA 28/12/1950 Rome 26/05/2011

(RG no 3014/11)

50.                Marina Camilla Cristina UNGANIA 20/03/1954 Rome 17/05/2011

(RG no 2842/11)

51.                Gabriella VACCHER 07/09/1946 Rome 26/05/2011

(RG no 3011/11)

52.                Maria Fiammetta VOLPINI 04/02/1953 Rome 01/06/2011

(RG no 3248/11)

53.                Marina

VOTA

04/11/1953 Rome 10/05/2011

(RG no 2458/11)

Hits: 26

No votes yet.
Please wait...

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

code